20 février 2016

Décès d’Umberto ECO. L’information m’est tombée dessus ce matin au saut du lit. Un saut du lit doublement douloureux. Mes lombaires m’ont lâché et j’ai failli me planter comme un nouveau-né où un vieux pépé (au choix du lecteur).  Je me suis rattrapé. Un rattrapage d’information où l’on ne parle que du livre de la rose et du pendule de Foucault. Deux beaux livres que j’ai aimés. Il y en a d’autres, et notamment « le cimetière de Prague » dont je comprends la réticence de certains à en parler. Ce n’est pas un livre... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 novembre 2015

LES GRANDS MALHEURS

 « On oublie tout et on recommence » C’est le titre qu’on aurait pu donner au Roman de Bernard Clavel « les grands malheurs » que je viens de lire avec un intérêt historique. Un intérêt d’actualité. Il suffit de changer les dates et c’est du pareil au même. Une même situation. Une même négation des réalités une même incompétence de la classe dirigeante qui conduit le peuple des petites gens, dont je fais partie, droit dans le mur. «  les grands malheurs » est bien plus qu’un roman. C’est un... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 novembre 2015

TEMPS GLACIAIRES

Je déroge à mes principes en présentant un livre de l’année. Un livre offert par ma fille, pour la fête des pères, que j’ai lu en septembre, et que je commente aujourd’hui. J’ai attendu qu’il soit à la limite de l’actualité littéraire. Il n’est pas périmé. Il n’est pas oublié. Il est juste dépassé. Tout va très vite dans le monde de l’édition. Les nouveautés bousculent sans vergogne, les hiérarchies commerciales rencardant d’excellents livres dans les rayonnages des bouquinistes ou les étals des soldeurs avant qu’ils ne rebondissent... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 septembre 2015

le congrès

  J’ai adoré « le congrès », un livre dissimulé dans les profondeurs de l’oubli et remis en avant dans la bibliothèque municipale de mon patelin. Je l’ai trouvé bien évidence dans un rayon qui n’est pas classé X. Il était ni caché ni interdit, même si la 1ere et la 4 eme de couverture peuvent prêter à confusion. Il n’y-a aucun voyeurisme dans l’histoire d’amour vécue par le narrateur. En utilisant la première personne du singulier pour raconter les événements, l’auteur nous plonge, avec les mots et les expressions de... [Lire la suite]