Décès d’Umberto ECO.

L’information m’est tombée dessus ce matin au saut du lit. Un saut du lit doublement douloureux. Mes lombaires m’ont lâché et j’ai failli me planter comme un nouveau-né où un vieux pépé (au choix du lecteur).  Je me suis rattrapé. Un rattrapage d’information où l’on ne parle que du livre de la rose et du pendule de Foucault. Deux beaux livres que j’ai aimés. Il y en a d’autres, et notamment « le cimetière de Prague » dont je comprends la réticence de certains à en parler. Ce n’est pas un livre antisémite. Bien au contraire. Il nous montre la dangerosité des jugements de masse. Une masse manipulée de désinformation. Des faits et des événements falsifiés. Maquillés. Orientés.  Un livre d’actualité impressionnant par son érudition et sa documentation. A travers le récit picaresque de la vie de Simon Simonini, faussaire piémontais de la seconde moitié du XIXème siècle, Umberto Eco raconte la naissance de l'antisémitisme moderne. Son héros, inspiré de personnages réels, concentre sur sa personne tout l’héritage anti judaïque d’une société christianisée. Au fil de ses rencontres avec des agents secrets, des révolutionnaires et des théoriciens du complot (jésuite, judaïque ou maçonnique), il nourrira sa réflexion et la mettra en forme en rédigeant un faux aux conséquences planétaire. Comme le disait Umberto Eco à la sortie de son livre le cimetière de Prague pourrait être une histoire contemporaine « On continue à faire la même chose. Imaginez, on a fait laguerre en Irak sur une falsification. Même la CIA a dit que les documents étaient faux. Saddam Hussein a tout fait. Le pire dans sa vie, sauf cela. Et on a fait la guerre pour un faux, qui était commode à ce moment-là pour justifier quelque chose. »

 

img313

L’histoire : Trente ans après Le Nom de la rose, Umberto Eco nous offre le grand roman du XIXème siècle secret. De Turin à Paris, en passant par Palerme, nous croisons une sataniste hystérique, un abbé qui meurt deux fois, quelques cadavres abandonnés dans un égout parisien. Nous assistons à la naissance de l'affaire Dreyfus et à la création de l'évangile antisémite, Les Protocoles des sages de Sion. Nous rencontrons aussi des jésuites complotant contre les francs-maçons, des carbonari étranglant les prêtres avec leurs boyaux. Nous découvrons les conspirations des renseignements piémontais, français, prussien et russe, les massacres dans le Paris de la Commune où l'on se nourrit d'illusions et de rats, les coups de poignard, les repaires de criminels noyés dans les vapeurs d'absinthe, les barbes postiches, les faux notaires, les testaments mensongers, les confraternités diaboliques et les messes noires...Les ingrédients sont donc réunis pour faire de ce savoureux feuilleton un diabolique roman d'apprentissage. Tout est vrai ici, à l'exception de Simon Simonini, protagoniste dont les actes ne relèvent en rien de la fiction mais ont probablement été le fait de différents auteurs. Qui peut, cependant, l'affirmer avec certitude ? Lorsque l'on gravite dans le cercle des agents doubles, des services secrets, des officiers félons, des ecclésiastes peccamineux et des racistes de tous bords, tout peut arriver...

img314

L’auteur: UmbertEco, né en 1932, médiéviste, sémioticien, philosophe, critique littéraire et romancier, a connu un succès mondial avec son roman Le Nom de la rose en 1980. Président de l'Ecole supérieur des Etudes humanistes à l'université de Bologne, il est l'auteur de romans qui font date, parmi lesquels Le Pendule de Foucault, Baudolino, La mystérieuse reine Loana, et de nombreux essais, entre autres, L'œuvre ouverte, La guerre du faux, Histoire de la laideur, Histoire de la beauté.

 

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LRE LIVRE ET L’AUTEUR.

http://www.amazon.fr/Le-cimeti%C3%A8re-Prague-Umberto-Eco/dp/2246783895

https://fr.wikipedia.org/wiki/Umberto_Eco

https://www.facebook.com/Livres-et-dessins-179827712349239/