livres et dessins

26 juin 2020

my absolute darling

 

 

Je n’ai pas voulu lire la préface de François Busnel. Je suis assez grand (ou GRAN comme on dit chez nous) pour comprendre un livre, sans qu’on m’en fasse au préalable un résumé explicatif. J’ai bien fait. C’est donc sans préliminaires que je suis rentré directement dans le premier chapitre d’un roman qui m’a secoué avec une violence littéraire inhabituelle. Un roman inclassable qui alterne des chapitres forts à la limite du soutenable et des descriptions bucoliques « nature writing » à l’américaine. Des montagnes russes (plutôt américaine) qui montent et descendent en intensité pour permettre au lecteur de reprendre son souffle et de lire ce roman noir et vénéneux d’un seul trait. Un thriller admirablement bien écrit où j’ai néanmoins relevé dans les premiers chapitres quelques petites erreurs de mise en page (ou de traduction ??? )  que j’ai rétablies spontanément et qui ne nuisent en rien à la qualité littéraire de ce roman noir.     

 Gabriel Tallent my absolute darling

 

L'HISTOIRE : À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

 

Gabriel Tallent

L’AUTEUR : Gabriel Tallent est né en 1987 au Nouveau Mexique et à grandi en Californie. Il a publié son premier roman, My Absolute Darling, alors qu’il était à peine âgé de trente ans, après avoir mis plus de huit ans à l’écrire. Dés sa publication ce livre a été encensé par la critique et a rencontré un immense succès aux Etats Unis. Traduit dans plus de cinquante pays, My Absolute Darling est devenu un best-Seller mondial, s’imposant comme un classique moderne. L’auteur vit aujourd’hui avec sa femme à Salt Lake City dans en Utah.   

 

 

 

 

 

   

 

Posté par guy busquets à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


05 juin 2020

nuit sombre et sacrée

 

J’ai découvert Michael Connelly avec le poète et j’ai enchaîné avec les égouts de Los Angeles son premier roman avec Harry Boch que j’ai suivi tout au long de sa longue carrière jusqu’à sa rencontre avec Renée Ballar que j’ai volontairement zappée. Je n’ai rien lu la concernant et la découvre dans NUIT SOMBRE ET SACREE. Un bon polar sans surprise si ce n’est la rencontre entre ces deux flics de Los Angeles différents et complémentaires. Un roman de fin de cycle pour Boch et certainement pour Connelly qui doit se renouveler en insufflant du sang neuf et féminin dans ces romans.  L’autre intérêt de ce polar est la description quasi documentaire du quotidien des unités de nuit et leur fonctionnement avec les différents services de police de la cité des anges. Un livre chronologiquement intéressant pour tous les fans de Connely mais plus difficile pour ceux qui découvrent cet auteur qui a écrit des bijoux de suspenses et d’action. 

img20200602_12124078

 

L'HISTOIRE : En revenant au commissariat d’Hollywood après une mission de son quart de nuit, l’inspectrice Renée Ballard tombe sur un inconnu en train de fouiller dans les meubles à dossiers. L’homme, elle l’apprend, est un certain Harry Bosch, un ancien des Homicides du LAPD qui a repris du service au commissariat de San Fernando, où il travaille sur une affaire qui le ronge depuis des années. D’abord sceptique, Ballard le chasse puis, intriguée, ouvre le dossier qu’il feuilletait et décide de l’aider. La mort de Daisy Clayton, une fugueuse de quinze ans kidnappée, assassinée, puis jetée dans une benne à ordures, a, c’est vrai, de quoi susciter toute son empathie et sa colère. Retrouver l’individu qui a perpétré ce crime abominable devient vite la mission commune de deux inspecteurs aux caractères bien trempés et qui, peu commodes, ne s’en laissent pas conter par les ruses de l’un et de l’autre pour parvenir à leurs fins.  

 

Connelly

 

L'AUTEUR : Michael Connelly, qui né le 21 juillet 1956, est un écrivain américain de romans policier qui a connu le succès avec les enquêtes de son héros récurrent Harry Bosch. Auteur, entre autres ouvrages, de Créance de sang, Le Poète, La Défense Lincoln, Volte-Face, Ceux qui tombent et Dans la ville en feu, il est avec ses 60 millions de livres vendus, un des écrivains les plus lus au monde.

 

 

 

  

 

 

 

 

28 mai 2020

sœurs

 

Le point positif du déconfinement dans notre superbe région zone verte, c’est de retrouver mon trou du fond du bassin (d’Arcachon) avec ses avantages et ses inconvénients. Pas, ou très peu de réseau internet (limite zone blanche) pour communiquer sur les blogs et réseaux sociaux, mais en contrepartie le temps pour lire les livres accumulés cet hiver (cadeaux de Noël, nouvel an, anniversaires et achats personnel). J’ai attaqué la pile (j’aurais pu dire le pilot) avec un Minier (à l’époque où je l’ai acheté c’était son dernier) dont j’ai lu presque tous ses romans et son (presque) dernier « Sœurs ». Comme toujours avec Minier, le style est direct, fluide, efficace. Un bon roman, qui se lit d’un seul trait sans se prendre la tête. Un plaisir sans surprise pour les fans de polars, mais le charme de ce roman n’est pas l’intrigue mais le plaisir de retrouver le personnage de Martin Servaz sur deux périodes de sa vie et notamment de le découvrir jeune flic en 1993 lors de sa première enquête au SPRJ de Toulouse. Deux enquêtes pour le prix d’une.

soeurs couverture

 

 

L’histoire 

Mai 1993: Deux sœurs, Alice, 20 ans et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d'arbres.Le jeune Martin Servaz, qui vient d'intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s'intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante.Les deux sœurs n'étaient-elles pas ses fans ? L'un de ses plus grands succès ne s'appelle t-il pas La communiante ? L'affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.


Février 2018: Par une nuit glaciale, l'écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée... elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l'affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu'à l'obsession.Une épouse, deux sœurs, trois communiantes... et si l'enquête de 1993 s'était trompée de coupable ?

Pour Servaz, le passé, en ressurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l'encre noire.

 

pour en savoir plus sur l'auteur et ses livres

naviguez dans ce blog ou accedez drectement en cliquant sur 

 http://auteurgbusquets.canalblog.com/archives/2016/07/10/34068515.html

 

ou acceder à ses ouvrages en cliquant sur https://bernard-minier.com/les-romans/

 

 

 

13 avril 2020

toucher mortel

 

Le titre n’a rien à voir avec le COVID 19 mais ça n’empêche pas de prendre des gants si ça peut rassurer. Avec les polars on n’est jamais trop prudent. Avec les belles femmes non plus. Pas toutes heureusement, mais avec celles qui sont en chasse d’un vieux-beau-parti veuf et milliardaire de préférence. Je ne suis ni l’un ni l’autre, mais, j’ai néanmoins côtoyé une de ces femmes  pendant les quelques jours (ça se lit très vite) d’évasion que m’a procuré cet excellent roman de Peter James qui réunit comme dans ses précédents tous les ingrédients d’un polar réussi.

toucher mortel

 

L’histoire :  Décidée depuis sa tendre enfance à devenir riche, Jodie Bentley cherche un mari fortuné pour s’en débarrasser ensuite. Le problème, c’est que tuer quelqu’un n’est pas à la portée de tout le monde. Alors quoi de mieux que la pratique pour se perfectionner. De son coté le commissaire Roy Grace subit la pression de son supérieur, et sa précédente affaire lui donne encore des insomnies. De plus, il semblerait qu’une dangereuse veuve noire opère en ville. Une femme à l’esprit venimeux et mortellement efficace. Grace réalise bien vite qu’il a sous-estimé sa dangerosité.

 

 

Peter James

L’auteur : Peter James (né en 1948 à Brighton, Grande-Bretagne) est un auteur de thriller et unproducteur. Diplômé d’une école de cinéma, il a passé quelques années en tant que scénariste et producteur aux Etats-Unis. Sa vie se partage désormais entre le Sussex et son appartement de Notting Hill, à Londres. Il a publié près d’une vingtaine de romans traduits dans vingt-neuf langues et a reçu le prix Polar International 2006 du salon de Cognac et le prix Cœur Noir 2007.

 

 

 

 

 

pour en savoir plus sur le livre 

livres/toucher-mortel-9782266292986.html

Toucher-mortel-Peter-JAMES/dp/2265116939

 

 

 

Posté par guy busquets à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 avril 2020

la fille du Gran

 La chronique de Natcho Soler

 

J’aime la fille du grand.

Cette déclaration d’amour pour un livre et son auteur de chez nous, n’est pas du chauvinisme bordelais, mais un vrai coup de cœur. J’aime ( je me répète mais je ne radote pas ) cette histoire qui nous prend aux tripes et  ne nous lâche pas. J’’aime cette fille qui affronte ses doutes et ses contradictions dans le combat du bien  et du mal. J’aime l’écriture et le style caractéristique de Guy Busquets qui nous raconte dans son langage coloré, une sombre journée d’automne 1977 où bascule le destin de plusieurs familles. J’aime lire et je me suis régalé.

 

une de couverture fille du gran

 

L’HISTOIRE : Dans les années soixante-dix, Lo Gran patriarche autoritaire du Mollal apprend la présence da la région d’un homme qu’il sait mort et enterré. Cette révélation le détourne de la traditionnelle battue au sanglier du 11 novembre. Un retour vers un passé où il exhume des secrets et des drames qui se retournent contre lui. Le chasseur devient gibier. Coincé avec son petit fils et son gendre dans les gorges d’un riu infranchissable, il en appelle inconsciemment à sa cadette Noëlle dont la clairvoyance et la lucidité effrayent et dérangent les habitants du canton. La fille du Gran, personnage central de ce triller rural, est une jeune femme forte et fragile à la fois qui osé quitter le mollal sans pour autant renier ses racines. Elle incarne le mollal tout autant que son père, faisant corps avec ce bout de terre baigné de lumière. Un récit captivant. Une écriture originale. Un auteur au style caractéristique qui nous donne au travers de cette héroïne, une vision féminine dans une histoire d’hommes où s’emmêlent, les amours, les morts et les secrets.

 

pour lire les premières pages de la fille du gran cliquer sur 

https://www.amazon.fr/fille-du-GRAN-Guy-Busquets/dp/1706637462/ref=sr_1_1?_

  


05 avril 2020

la guerre d'Algérie dans la fille du Gran

 

 

fille du grand Algérie livres et dessins

La génération du baby-boom dont je fais partie, n’a pas connue les guerres et notamment celle d’Algérie qui s’est terminée quelques années (voire quelques mois pour certains) avant notre appel sous les drapeaux. Je rappelle aux jeunes d’aujourd’hui, qu’à cette époque, il était quasiment impossible de passer au travers. Revenons à ce conflit que nous avons vécu indirectement lors de notre service militaire dans les unités de combat où l’encadrement des classes était majoritairement effectué par d'anciens combattants d’Afrique du Nord et d’Indochine. De toute façon, nous ne pouvions pas oublier cette période sombre de notre histoire. La plupart d’entre nous avaient été touchés par ricochet. Nous avons tous connus un frère, un cousin, un voisin, un fiancé, un copain qui n’est pas revenu.

Dans mes romans et plus particulièrement dans " la Fille du GRAN " j’évoque les traumatismes de ces jeunes soldats lors de leur démobilisation. Un retour dans la métropole sans tambour ni trompette. Une ignorance, voire même une négation des faits qui les ont murés dans le silence. 

La fille du Gran est une fiction qui restaure les souvenirs de ceux qui ont vécu la guerre d’Algérie et ravive la mémoire de ceux qui ont connu l’occupation allemande. Les personnages, lieux et faits sont imaginaires. C’est une pure fiction, un beau roman, une belle histoire d’homme et de femme qui s’est déroulée chez nous, chez vous, n’importe où dans notre sud-ouest du siècle dernier.

 

Extrait de la Fille du Gran

pages 120/121

"…pourtant, auparavant, il avait comme les copains vécu son lot d’embuscades, d’accrochages, de flinguages et pire encore, la solitude des nuits de gardes avec la peur pour seule compagne. La peur du relâchement. La peur du sommeil traître. La peur de l’inattention fatale. Mais ce n’est pas dans la solitude d’une garde qu’il faillit mourir, mais dans une patrouille motorisée qui ouvrait la route à la deuxième compagnie. Michel pilotait la jeep de l’aspirant Maselski un appelé frais émoulu qui avait pris la section de reconnaissance en main. Une main de fer. Une dureté et un zèle qui perturbaient la routine du casernement. Tous les anciens attendaient avec impatience son baptême du feu pour vérifier s’il avait autant de couilles que de gueule. A l’arrière de la Jeep, Jacky, casqué de ses écouteurs et engoncé dans son matériel radio était attentif aux messages Des messages qui n’étant pas top secret se cantonnaient aux procédures. La procédure de routine. Rien à signaler hormis son inquiétude. Une inquiétude justifiée par le comportement du lieutenant Maselski qui menait la patrouille à fond la caisse. Trop vite d’après lui. Il fonçait sans se préoccuper du gros de la troupe. La liaison avec le capitaine baissait de qualité. Les distances de sécurité n’étaient pas respectées. Jacky se retenait de parler. En tenant sa langue il restait à sa place. Celle du radio. Du premier tué. C’est la règle de toutes les guerres que de couper les communications. Couper la tête. Etêter le chef. Un petit chef d’orgueil qui n’avait aucune considération pour ses hommes. Des hommes d’expérience. Une expérience qui incitait Jacky à balancer son prochain message en morse. En basculant de la phonie à la graphie, le capitaine comprendrait que la distance s’agrandissait et rappellerait le lieutenant à l’ordre ... "

 

 pour en savoir plus sur le livre 

https://www.amazon.fr/fille-du-GRAN-Guy-Busquets/dp/1706637462/ref=sr_1_1? 

 

 

 

02 avril 2020

courage fuyons

 

Michel de Montaigne Cateau de Sybirol 02

Ce n’est pas d’aujourd’hui que les nantis et les puissants abandonnaient leur ville pour se réfugier dans les campagnes (ou les collines rives droite pour les bordelais) et s’éloigner des fléaux épidémiques qui ravageaient les populations. Au XVI siècle le Marechal de Matignon écrivait au roi Henri III à propos de Bordeaux « … la peste   augmente de telle façon en cette ville qu’il n’y a personne qui aye moyen de vivre ailleurs qui ne l’ayt abandonnée… »

Ce fut le cas de son maire Michel de Montaigne dont l’attitude très prudente le fit se réfugier sur les coteaux de Floirac, au domaine de Sybirol, dans une ancienne maison forte construite au moyen âge par les sires de Verteuil.

A cette époque le maire de Bordeaux s’était justifié auprès des Jurats qui étaient restés sur place en leur écrivant «...vaut-il que je me hasarde à aller en ville, vu le mauvais état où elle est, notamment pour des gens qui viennent d’un si bon air comme je fais...»

 

 

 

les essais

Je rappelle à tous mes amis qu’ils soient littéraires ou autres, que la première édition des "Essais" de Michel Eyquem de Montaigne a été publiée à Bordeaux. L'œuvre de l'humaniste était très appréciée par le roi de France Henri III. Critiquées par Pascal et Rousseau les Essais suscitèrent l'admiration de Diderot et Voltaire. Ce fut Marie de Gournay, admiratrice passionnée de Montaigne qui se charge de publier une dernière édition posthume en 1595.

 

 

23 mars 2020

le combat du siècle

le gant et le masque

A tous mes amis et amies boxeurs et autres, toutes générations confondues.

Nous affrontons un adversaire hors catégorie, mais nous devons comme pour n’importe quel combat le préparer avec sérieux rigueur et discipline. Quelle que soit l’issue, nous devons mettre toutes les chances de notre côté en respectant les consignes. On peut se retrouver au tapis, ce sont les aléas et les incertitudes de la vie mais quoi qu’il en soit préparons-nous sérieusement, comme toujours notre sport l’a exigé et transmettons ces valeurs basiques à tous ceux qui nous entourent.

Restons chez nous.

Respectons les autres.

Guy Busquets.

 

 

 

 

Posté par guy busquets à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 février 2020

autoportraits Guy Busquets

 

montage portraits

Mon amie d’enfance et de toujours Brigitte C. m’a envoyé par mail (ça fonctionne mieux que la poste) le dessin de gauche que j’avais oublié dans ma tête (la plupart de mes originaux sont oubliés dans mes cartons) et qui me rappelle l’utilisation de ma bouille comme modèle pour certaines illustrations. C’était simple, pas cher et pratique d’autant plus que le dessinateur et le modèle étaient disponibles de synchro. Pas besoin de rendez-vous pour qu’ils accordent leurs horaires. Ils étaient ensemble jour nuit.

 

 

 

  

Posté par guy busquets à 15:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 février 2020

romans Guy Busquets

 

 

couverture fille du gran 02 2020

Dans les années soixante-dix, Lo Gran patriarche autoritaire du mollal apprend la présence dans la région d’un homme qu’il sait mort et enterré. Cette révélation le détourne de la traditionnelle battue au sanglier du 11 novembre. Un retour vers un passé où il exhume des secrets et des drames qui se retournent contre lui. Le chasseur devient gibier. Coincé avec son petit fils et son gendre dans les gorges d’un riu infranchissable, il en appelle inconsciemment à sa cadette Noëlle dont la clairvoyance et la lucidité effrayent et dérangent les habitants du canton. La fille du Gran, personnage central de ce triller rural, est une jeune femme forte et fragile à la fois qui osé quitter le mollal sans pour autant renier ses racines. Elle incarne le mollal tout autant que son père, faisant corps avec ce bout de terre baigné de lumière. Un récit captivant. Une écriture originale. Un auteur au style caractéristique qui nous donne au travers de cette héroïne, une vision féminine dans une histoire d’hommes où s’emmêlent, les amours, les morts et les secrets.

pour lire les premières pages ou commander le livre cliquer sur  

https://www.amazon.fr/fille-du-GRAN-Guy-Busquets/dp/1706637462/ref=sr_1_1?_

 

 

 

 

  

GUERNICA AVANT PROJET COUVERTURE

 

 

BORDEAUX 1994 : Guernica, dont l’imprimerie et le couple battent de l’aile, profite du Week-End de l’assomption pour faire un break cinéma-tographique et gastronomique. La soirée, qui se prolonge dans une boîte de nuit, débouche sur une opportunité financière. Un coup de bol pour remettre les compteurs à zéro. Un zéro de conduite. C’est de l’argent sale qui l’entraine dans une spirale dramatique. Des morts et des coups fourrés. Ses réflexes d’antan reprennent le dessus. Guerni, comme on l’appelle familièrement dans le bourg de l’entre-deux mers où il croit s’être posé définitivement, n’a pas toujours été le bonasse père tranquille qu’imaginent ses proches.

pour lire les premières pages ou commander le livre cliquer sur 

https://www.amazon.fr/guernica-Guy-Busquets/dp/1729750036/ref=asap_bc?ie=UTF8 

 

 

 

 

 

 

115290624_o

 

 

Dans le Bordeaux de 1980 Vincent Marin croise le même jour et à différents endroits de la ville un inconnu qui lui ressemble. Une ressemblance qui s'arrête au physique. Tout les différencie. L'homme au charisme indiscutable, fascine et subjugue Vincent qui végète de médiocrité dans son appartement Bastidien. Leur rencontre inévitable le pousse à  accomplir un acte dont il ne sentait pas capable. Son existence bascule alors dans un thriller qui pour une fois n'est pas rêvé mais vécu. Un vécu cauchemardé.

 pour lire les premières pages ou commander le livre cliquer sur  

https://www.amazon.fr/lhomme-veste-blanche-Guy-Busquets/dp/1515092038

 

 

 

 

 

 

 

 

  

à l'aube couverture 03 2020

 

 

novembre 1977 : Dans un village frontalier du grand sud-ouest un homme se prépare pour un passage. Le jour ne s’est pas encore levé. Lui par contre il est déjà debout affrontant un destin qu’il ne maîtrise pas. Ça tire de partout. C’est la grande fusillade. Les forces de l’ordre ont investi les abords de la bâtisse familiale où il s’est retranché pour se défendre d’une injustice expéditive. C’est un malentendu. Un accident regrettable. Des regrets qu’il n’a pas pu exprimer. Il fait appel. Un appel entendu. Il n’est plus seul pour se sortir de ce mauvais pas. Tout est plus facile à deux.

pour lire les premières pages ou commander le livre cliquer surhttps://www.amazon.com/-/es/guy-busquets/dp/1512036315

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pour acceder à la page auteur Guy Busquets cliquer sur 

  https://www.amazon.fr/-/e/B0855KJVGQ  

montage couvertures livres GBSans titre