23 juin 2015

NATCHO DU SOLER

  On retrouve dans « à l’aube du grand passage » le dernier Roman de Guy Busquets les constances qui font sa signature. On se régale du  langage coloré que l’auteur, au travers du narrateur, utilise de naturel. C’est le parler des années soixante-dix dans le sud-ouest de la France où se déroule l’intrigue. Comme dans la plupart de ses romans, le personnage central qu’il soit féminin (la fille du grand) ou masculin (Guernica) est entrainé par accident dans l’engrenage d’une journée fatidique, voire même d’une portion... [Lire la suite]