19 octobre 2015

chronique de Guy Busquets

J’ai eu l’immense honneur d’être sollicité par Victor Ojeda pour préfacer son ouvrage sur Manuel Lacasa. C’est avec une émotion particulière que j’ai rédigé l’avant-propos de ce livre,consacré à la boxe et aux boxeurs, qui m’a plongé dans les souvenirs de ma jeunesse sportive.     Monsieur Manuel Lacasa, le charismatique entraîneur des Girondins de Bordeaux et de Cenon, sort de son coin pour se mettre dans la lumière des projecteurs d’une gloire qui n’est pas usurpée. Il produisit 9 champions de France et de nombreux... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 octobre 2015

l'ostréopithèque

   Ça y est ! Je bascule en mode hiver. Je délaisse le pied à terre (ou plutôt le pied dans l’eau) du fond du bassin pour hiberner dans le douillet appartement d’un cinquième étage sans ascenseur. Un changement radical de vie. J’abandonne la natation et le footing, pour la marche urbaine et le vélo d’intérieur. Je remplace les fruits de mer par le pot au feu, et la lecture par l’écriture. Ce n’est pas un renoncement mais une nécessité (physiologique) pour éviter la confusion entre ces deux activités. Ça ne m’empêche pas de... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 octobre 2015

assemblée générale

jeudi 8 octobre C’était le grand soir. Le match inaugural de l’association le gant et la plume. Une première réussie. Une belle affiche qui a tenu toutes ses promesses,même s’il n’y a pas eu combat. Juste une petite passe d’armes sur le montant de la cotisation annuelle pour les jeunes (16-25 ans) qui a été finalement fixée à 10 €uros. Pour le reste, il y a eu un consensus immédiat de l’assemblée. Et quelle assemblée ! Des boxeurs connus et reconnus, des champions nationaux, des palmarès étoffés, voire même des anciens... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 octobre 2015

Henning Mankell est mort. Nous étions déjà orphelins de Kurt Wallander depuis « L’homme inquiet ». Sa dernière enquête nous laissait entrevoir une fin de vie tragique partagée par son auteur Henning Mankell à qui je rends un hommage en renvoyant tous les lecteurs de ce message à mon commentaire sur « L'oeil du léopard » que j’ai publié dans ma chronique du 1er septembre 2015.     
Posté par guy busquets à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2015

les interview du gant et de la plume

  QUI ETES VOUS GUY BUSQUETS ?      La boxe l’écriture et le dessin ont jalonné ma vie en me renvoyant de l’un à l’autre aux grés des circonstances et des rencontres. Ces trois passions, car c’est de la passion avant tout, ne m’ont jamais lâché, quoi que j’ai pu faire. Elles sont incrustées dans mes gènes. Pour certaines, j’en ai fait mon métier. Un métier appris sur le tas et sur le tard. Je suis un pur autodidacte qui a réussi en partie, à marier ses passions et son travail. Quand je dis en partie,... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 octobre 2015

SIX FOURMIS BLANCHES

  J’ai vraiment aimé le troisième livre de Sandrine Colette. Ce n’est pas une trilogie même s’ils ont des points communs et notamment dans le choix du personnage central. Un anti héros ordinaire. Un homme ou une femme qui se retrouve  par hasard dans une situation dramatique, admirablement racontée par un auteur dont l’écriture s’embellit livre après livre. Un troisième roman abouti. Un style incisif. Un décor angoissant.  Une angoisse vécue de l’intérieur par les deux narrateurs de SIX FOURMIS BLANCHES. Une double... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 septembre 2015

le congrès

  J’ai adoré « le congrès », un livre dissimulé dans les profondeurs de l’oubli et remis en avant dans la bibliothèque municipale de mon patelin. Je l’ai trouvé bien évidence dans un rayon qui n’est pas classé X. Il était ni caché ni interdit, même si la 1ere et la 4 eme de couverture peuvent prêter à confusion. Il n’y-a aucun voyeurisme dans l’histoire d’amour vécue par le narrateur. En utilisant la première personne du singulier pour raconter les événements, l’auteur nous plonge, avec les mots et les expressions de... [Lire la suite]
13 septembre 2015

On trouve dans les rayonnages des bibliothèques, les étals des bouquinistes et les plateformes du net, des livres qui ne sont plus dans l’actualité des médias et qui méritent d’être lus. Des coups de cœurs personnels que cette chronique ouverte à tous a vocation de partager.   LE DIABLE SUR LES EPAULES  Le diable sur l’épaule n’est pas un roman ésotérique ou fantastique mais tout simplement un polar rural qui ancre son histoire dans le sud-ouest de l’après-guerre. La première.  Celle qui a décimé les hommes et les... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 septembre 2015

le livre du weekend

 LA DEMEURE ETERNELLE    Dans une note de l’éditeur en avant-propos du livre de William Gay «LA DEMEURE ETERNELLE» l’auteur s’exprime  sur l’absence de tirets et de guillemets dans  les dialogues. « J’ai lu ce livre [La Nuit du chasseur, de Davis Grubb] quand j’étais adolescent. C’était la première fois que je voyais un livre sans guillemets. Cela me plait ; j’ai l’impression que lorsqu’on sépare les dialogues de la narration, qu’on les enferme dans des guillemets, ils sont moins intégrés... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 05:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 septembre 2015

MON COUP DE CŒUR DU WEEK-END   Henning Mankell est un écrivain de ma génération qui écrit depuis belle lurette mais que j’ai découvert il y a cinq-ans à peine. Si je n’ai rien lu de lui auparavant, ce n’est pas par snobisme littéraire, mais par ignorance. Je le reconnais. Une reconnaissance qui ne m’a pas attendue, vu les nombreux prix qu’il a trustés dans son pays du bout du monde, ou du moins du bout de l’Europe. C’est pas loin la Suède, et pourtant, il a fallu le tsunami des milleniums, qui soit dit en passant m’ont régalés,... [Lire la suite]