28 septembre 2016

Livres exhumés

                                     La lecture du rapport de Brobeck a exhumé de ma mémoire et de ma cave quelques livres qui lui ressemblent. Une ressemblance dans l’esprit et parfois dans le style. Une écriture dont la noirceur colle aux personnages et au lecteur. Une lecture oppressante. Un  huis clos villageois qui vous prend aux tripes. Des drames campagnards dans des contextes historiques qui  débouchent sur le... [Lire la suite]

14 juin 2016

la chronique de Natcho du Soler

  Je reviens sur deux livres que vous avez peut-être ratés et que je vous conseille pour cet été. Vous n’aurez plus l’excuse du temps. D’ailleurs, c’était une fausse excuse. Le temps n’a plus aucune importance quand on s’attaque à un de ces deux romans. Il s’arrête. Un arrêt sur lecture qui nous fige d’intérêt jusqu’à la dernière page. C’est le point commun de ces deux bouquins. Il y en a d’autres, et notamment celui de nous identifier aux personnages. Dans « à l’aube du grand passage » c’est un homme ordinaire, qui... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 mai 2016

hors jeu

  Dans ma cave il y a des livres, mais aussi des pointes de cross, des gants de sac, des pompes de foot, des coquilles de protection, des ballons de cuir, et pas mal d’autres souvenirs de vie sportive. Le sport a eu une place importance dans mon existence. Dans la littérature également. La vérité sur l’affaire Harry Quebert dont je viens de terminer la lecture fait la part belle aux activités physiques et plus particulièrement à la boxe que de nombreux auteurs ont glorifié dans leurs écrits. Mais dans ma vie, comme dans la... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 avril 2016

mémoire de livres

  On peut retrouver ce livre dans un vide grenier mais certainement pas dans une grande librairie tant il est démodé. Ce n’était déjà pas un bouquin dans l’ère du temps de mes vingt ans, alors aujourd’hui, ce n’est même pas la peine d’en parler. J’ose quand même. J’ose évoquer une histoire simplement écrite qui m’avait emportée dans un XIX ème siècle que quoi qu’en disent les mauvaises langues, je n’ai pas connu. A l’époque de sa lecture, c’était déjà un vieux livre aux pages jaunies et la couverture défraichie que je pense... [Lire la suite]