20 février 2016

Décès d’Umberto ECO. L’information m’est tombée dessus ce matin au saut du lit. Un saut du lit doublement douloureux. Mes lombaires m’ont lâché et j’ai failli me planter comme un nouveau-né où un vieux pépé (au choix du lecteur).  Je me suis rattrapé. Un rattrapage d’information où l’on ne parle que du livre de la rose et du pendule de Foucault. Deux beaux livres que j’ai aimés. Il y en a d’autres, et notamment « le cimetière de Prague » dont je comprends la réticence de certains à en parler. Ce n’est pas un livre... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 janvier 2016

les ruines

  A la lecture du livre de Scott Smith, on ne peut s’empêcher de faire une comparaison avec Stephen King, le maître incontesté du suspense horrifique. Encore faut-il être un lecteur du genre. Comparer, c’est avoir le recul pour le faire. Un recul de plusieurs décennies où j’ai lu de tout. Tous les styles. Mais surtout du triller et du polar noir. Je ne suis pas un inconditionnel aveugle du King. Il y a de tout dans ses livres. Il faut trier en fonction de ses goûts propres. Et dans ce tri sélectif, j’ai dégoté des pépites... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 novembre 2015

une semaine en enfer

Ce n’est pas un livre mais un film que j’ai eu entre les mains le temps d’une lecture quasiment en continu. Sans entracte. Juste une pose toilette pour vider la vessie et replonger dans l’Amérique profonde des losers et des ratés. Quand je parle de raté, ce n’est pas le cas de la jeune fille qui a pris en pleine poire le bastos destiné à un daim. Dans le mille. Mille à l’heure. Un rythme soutenu. Une écriture sans fioriture ni sentiment. Un récit au présent qui nous détaille sept jours de descente aux enfers. Un découpage froid. Du... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 novembre 2015

LES GRANDS MALHEURS

 « On oublie tout et on recommence » C’est le titre qu’on aurait pu donner au Roman de Bernard Clavel « les grands malheurs » que je viens de lire avec un intérêt historique. Un intérêt d’actualité. Il suffit de changer les dates et c’est du pareil au même. Une même situation. Une même négation des réalités une même incompétence de la classe dirigeante qui conduit le peuple des petites gens, dont je fais partie, droit dans le mur. «  les grands malheurs » est bien plus qu’un roman. C’est un... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 novembre 2015

TEMPS GLACIAIRES

Je déroge à mes principes en présentant un livre de l’année. Un livre offert par ma fille, pour la fête des pères, que j’ai lu en septembre, et que je commente aujourd’hui. J’ai attendu qu’il soit à la limite de l’actualité littéraire. Il n’est pas périmé. Il n’est pas oublié. Il est juste dépassé. Tout va très vite dans le monde de l’édition. Les nouveautés bousculent sans vergogne, les hiérarchies commerciales rencardant d’excellents livres dans les rayonnages des bouquinistes ou les étals des soldeurs avant qu’ils ne rebondissent... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 novembre 2015

les catalans

Je ne suis pas un spécialiste de la chiromancie, mais un catalan de cœur qui a été séduit par la couverture de ce petit fascicule que j’ai lu dans l’heure. Une heure intéressante pour ceux qui découvrent ce peuple, mais décevante pour ceux qui comme moi sont des passionnés d’histoire. Je conseille ce livre à tous ceux qui méconnaissent la catalogne et peuvent à travers ce livre de généralités (et non de Généralitat) découvrir d’autres facettes (il n’y a pas que la Costa Brava et le Barça) de ce magnifique pays.   LE... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 octobre 2015

l'ostréopithèque

   Ça y est ! Je bascule en mode hiver. Je délaisse le pied à terre (ou plutôt le pied dans l’eau) du fond du bassin pour hiberner dans le douillet appartement d’un cinquième étage sans ascenseur. Un changement radical de vie. J’abandonne la natation et le footing, pour la marche urbaine et le vélo d’intérieur. Je remplace les fruits de mer par le pot au feu, et la lecture par l’écriture. Ce n’est pas un renoncement mais une nécessité (physiologique) pour éviter la confusion entre ces deux activités. Ça ne m’empêche pas de... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 octobre 2015

Henning Mankell est mort. Nous étions déjà orphelins de Kurt Wallander depuis « L’homme inquiet ». Sa dernière enquête nous laissait entrevoir une fin de vie tragique partagée par son auteur Henning Mankell à qui je rends un hommage en renvoyant tous les lecteurs de ce message à mon commentaire sur « L'oeil du léopard » que j’ai publié dans ma chronique du 1er septembre 2015.     
Posté par guy busquets à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 octobre 2015

SIX FOURMIS BLANCHES

  J’ai vraiment aimé le troisième livre de Sandrine Colette. Ce n’est pas une trilogie même s’ils ont des points communs et notamment dans le choix du personnage central. Un anti héros ordinaire. Un homme ou une femme qui se retrouve  par hasard dans une situation dramatique, admirablement racontée par un auteur dont l’écriture s’embellit livre après livre. Un troisième roman abouti. Un style incisif. Un décor angoissant.  Une angoisse vécue de l’intérieur par les deux narrateurs de SIX FOURMIS BLANCHES. Une double... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 septembre 2015

le congrès

  J’ai adoré « le congrès », un livre dissimulé dans les profondeurs de l’oubli et remis en avant dans la bibliothèque municipale de mon patelin. Je l’ai trouvé bien évidence dans un rayon qui n’est pas classé X. Il était ni caché ni interdit, même si la 1ere et la 4 eme de couverture peuvent prêter à confusion. Il n’y-a aucun voyeurisme dans l’histoire d’amour vécue par le narrateur. En utilisant la première personne du singulier pour raconter les événements, l’auteur nous plonge, avec les mots et les expressions de... [Lire la suite]