Cette fin d’été est propice à la lecture. Beau temps. Calme plat. Plages désertes. Je suis dans le bain, ou du moins dans mon transat, pour une immersion totale dans un univers qui m’est familier et que je respire de tous mes pores d’autant plus que je me trouve sur les lieux où se déroule en partie ce polar déroutant. Du moins au début. La profusion des personnages laissait présager un récit confus. Une confusion sur les premiers chapitres. voulue par l'auteur. Une mise en bouche pour mieux déguster ce plateau de personnages bien de chez nous. Un amuse-gueule bien concocté pour mieux nous mener en pinasse (bateau plat du bassin d’Arcachon) et en train. On voyage entre Bordeaux, Dordogne et Bassin avec un embarquement gare Saint Jean en direction de la mort. Des morts dont on recherche un lien. Des liens qu’il faut démêler. Désembrouiller. Une embrouille qui se dénoue et se décante au fur et à mesure de la lecture de cet excellent polar pour nous éclairer de son explication finale.  

le truc vert

L'HISTOIRE: Le corps de Sophie Bertin a été retrouvé dans un buisson à proximité de la voie ferrée. Elle habitait à Bordeaux et avait pris le train deux jours plus tôt. Simon doit mener une enquête pour déterminer si Sophie a sauté volontairement du train ou si quelqu'un l'a poussée. Son enquête bute sur des obstacles qui dépassent sa fonction. Mensonges Dissimulations. Connivences. Notables sans scrupules. Procureur compromis. Simon ne lâche rien. Son opiniâtrée l’emmène sur un autre meurtre de passager et lui fait croiser le chemin de Valentine dont il est convaincu de son implication dans cette affaire. Son silence cache un secret que Simon s’acharne à percer. Un secret qui la mine mais qu’elle préserve en se taisant. Le mutisme et la beauté sauvage de cette fille d’ostréiculteur trouble et déconcerte Simon qui n’aura de cesse de découvrir la vérité.

    

1326209

L'AUTEUR: Simone Gélin à écrit et publié de nombreux romans rpoliciers qui se déroulent dans  le Sud ouest et plus particulièrement dans le Bassin d'Arcachon. Aprés une existence d'enseignante, elle revient dans cette belle région où elle grandi et où elle a naturellement puisè son inspiration. Dans cette nature généreuse où se melent l'ocean et les pins, les dunes et les maréees, les touristes, les autochtones et les bordelais, elle fixe avec talent des récits et des romans policiers réalistes et haletants : La fille du port de la lune, paru en 2010 chez "Les Nouveaux Auteurs", le Banc de l'injustice, en 2011, Le journal de Julia, en 2013 chez Anne Carrière (prix Augiéras 2014), Le Truc Vert, Editions Vents Salés, 2014, et l'Affaire Jane de Boy,éditions Vents Salés, 2016. 

 

Quatrième de couverture

 

« C'est drôle, avec le recul, ou peut-être parce que je m'approche de l'abîme, il me semble que j'ai toujours su que je mourrais jeune. Je vous demande pardon. Je me doute bien que je prends cette fois des risques insensés, mais je pense que l'on doit ne jamais transiger avec sa conscience et faire ce que l'on considère comme juste, ce que l'on croit important. En tout cas, ils peuvent bien user de toutes leurs manoeuvres, menaces, combines ou autres et tout tenter pour me faire entendre ou dire autre chose, je ne braderai rien. J'irai jusqu'au bout et j'imagine ce qu'il peut m'en coûter, je n'ai pas peur. Non, ce n'est pas vrai. J'ai peur, bien sûr, j'essaie seulement de l'oublier. Et de m'y préparer parce que je n'ai pas le choix. Ils ne m'ont pas laissé le choix. »