J’attendais la fin du mois d'Aout pour confirmer mon coup de cœur de l’été mais il serait dommage de ne pas vous en faire profiter avant que la saison ne se termine. J’ai lu le Bourreau de Gaudi la première semaine de juillet avec quelques coupures footballistiques (en téléspectateur bien entendu) qui n’ont en rien entamées mon intérêt pour l’histoire qui, se déroule lors du mondial 2010 remporté par les Espagnols. Ce coup-ci c’est nous. Cessons les cocoricos et revenons à ce pavé de presque 700 pages qui se lit avec une facilité et un intérêt qui monte crescendo. 700 pages justifiées par la richesse du contenu. L’auteur nous narre avec précision les lieux, les faits, les hypothèses des enquêteurs, les émotions des personnages, les magouilles politico financières, les dessous de la grande et de la petite histoire de Barcelone et de Gaudi. Une enquête dans l’enquête.

Pour les amoureux de Barcelone, ce roman est un pur régal, car son protagoniste principal est bel et bien la capitale catalane que j'ai redécouverte sous un angle original. L’originalité du génial Gaudi. Un génie qui s’est exprimé à travers la géométrie, la nature, le symbolisme, la foi, la connaissance des hommes et des sciences et bien sûr, la créativité artistique. 

le bourreau de Gaudi 

L'HISTOIRE: Un corps en flammes est retrouvé pendu au balcon d'un des monuments les plus emblématiques de Barcelone, La Pedrera, d'Antonio Gaudí. Bien mauvaise publicité pour la ville à quelques semaines de la consécration par le pape de la Sagrada Familia. Les services policiers, aux abois, réintègrent l'électron libre Milo Malart, révoqué par mesure disciplinaire. Tandis qu'il enquête en binôme avec une jeune sous-inspectrice, qui semble tout droit sortie d'une série américaine à succès, les meurtres s'enchaînent selon un rituel immuable : toujours des membres de l'oligarchie barcelonaise, férocement mutilés au sein des édifices du célèbre architecte qui fait la gloire de la ville. La chasse à l'homme est ouverte. Dans une intrigue magistralement tenue jusqu'à la dernière page, décrivant les rouages d'un système politique arrogant et corrompu, Le Bourreau de Gaudi plante l'envers du décor d'une "Ville des prodiges" terriblement moderne et effroyablement archaîque. La chasse à l’homme est ouverte, mais qui cherche-t-on ? Un prédateur sadique assoiffé de vengeance ou la victime d’un système politique arrogant et corrompu, qui sacrifie les plus fragiles au faste tapageur de la ville et à sa manne touristique ? Pour répondre, il faut d’abord décrypter le symbolisme ésotérique des œuvres de Gaudí, aux formes proprement hallucinantes.

 

 

aro sainz de la maza

L'AUTEUR : Né à Barcelone en 1959, Aro Sanz de la Maza est diplômé de l'Université de Barcelone, est écrivain, éditeur, correcteur et traducteur. Il a écrit des romans, des livres d'histoire et est coauteur de deux recueils de contes populaires. C'est son premier roman noir qui lui vaudra le prix international RBA du roman noir