Un bon thriller est un livre qu’on ne lâche pas avant d’avoir refermé la dernière page. J’ai enquillé les chapitres sans me rendre compte des temps. Du temps qui passe et du temps qu’il fait. J’étais frais et dispos. Les trente degrés de notre mois de juillet sont de la gnognote, comparés aux températures caniculaires de cette partie de l’Australie où se déroule cette histoire qui m’a captivée par son suspense ingénieusement distillé. Jane harper que je découvre avec ce  roman dégotté par hasard dans un rayonnage de bibliothèque municipale, décrit avec réalisme le quotidien de ces fermiers Australiens qui voient leur bétail, leurs exploitations, voire même leurs voisins, mourir de sécheresse. L’impuissance face à cette nature incontrôlable unit leur destinée dans une chasse aux sorcières qui rouvre les cicatrices du passé. Une double intrigue où s’entremêlent avec habileté deux événements qui embrouillent les pistes jusqu’à un final qui me bluffe et me surprend. Du grand art. Un excellent roman d’été qu’il faut lire les pieds dans l’eau ou dans le ronron d’un bon ventilo.

  canicule couverture 02

 

L’HISTOIRE : Kiewarra. Petite communauté rurale du sud-est de l’Australie. Écrasée par le soleil, terrassée par une sécheresse sans précédent. Sa poussière. Son bétail émacié. Ses fermiers désespérés. Désespérés au point de tuer femme et enfant, et de retourner l’arme contre soi-même ? C’est ce qui est arrivé à Luke Hadler, et Aaron Falk, son ami d’enfance, n’a aucune raison d’en douter. S’il n’y avait pas ces quelques mots arrivés par la poste :

Luke a menti. Tu as menti. Sois présent aux funérailles...

Revenir à Kiewarra est la dernière chose dont Aaron a envie. Trop vives sont encore les blessures de son départ précipité des années auparavant. Trop dangereux le secret qu’il a gardé pendant tout ce temps. Mais Aaron a une dette, et quelqu’un a décidé que le moment est venu de la payer...

  

Jane Harper

L'AUTEUR: Jane Harper est née dans la ville de Manchester en Angleterre qu’elle quitte à l’âge de 9 ans pour L’Australie. Elle vit pendant six ans à Boronia, dans l'état de Victoria (Australie) où elle obtient la nationalité australienne. Lorsqu'elle est adolescente, elle retourne avec sa famille au Royaume-Uni où elle vit dans le Hampshire avant de poursuivre ses études d'anglais et d'histoire à l'Université du Kent à Canterbury. Devenue Journaliste, Jane Harper travaille pour la presse écrite au Royaum-Uni et en Australie où elle y réside avec son mari. Son premier roman, "Canicule" (The Dry) publié en 2016)  a été Vendu dans plus de 20 pays et a obtenu le Gold Dagger Award et le prix Ned Kelly 2017 du meilleur premier roman.