Un polar que j’ai lu rapidement et que j’ai oublié aussi vite. Alors pourquoi, me direz-vous, s’évertuer à rédiger une chronique sur ce livre ? On peut trouver l’histoire banale et sans surprise, mais aimer l’inventivité de la narration. Quand je dis sans surprise c’est que d’entrée l’auteur annonce la couleur (noire). Les premières lignes racontent la fin, ou du moins c’est le personnage principal qui se raconte. Un inspecteur blessé à mort se remémore les évènements politico-policiers qui l’ont conduit à cette situation. Une imbrication de pensées décousues (en italique) dans une narration classique. Des petits pavés hachés-bafouillés qui balisent un texte admirablement écrit à la première personne du singulier. Des encarts qui peuvent perturber certains lecteurs et que pour ma part j’ai adoré. Par contre j’ai moins adoré le plongeon dans les années qui précédèrent mai 68 et que j’ai personnellement vécu. Un vécu que je ne retrouve pas. Il est vrai qu’à l’époque, je n’étais pas flic et d’ailleurs je ne l’ai jamais été. Quoi qu’il en soit, pour moi et pour la plupart de ceux qui ont connu ces années-là, il n’y a rien de nouveau, mais pour les autres c’est certainement une découverte.

  img800

Les premières lignes du livre :  " Comme l'animal qui a la prescience de sa mort prochaine, j'ai senti, tandis que je traversais les nuages de fumée noire, épaisse et grasse, une piqûre douloureuse, cruelle. Un truc qui vous tétanise quelques secondes. Je courais vers le pavillon de chasse, l’index collé au pontet du pistolet-mitrailleur. Je ne l’ai pas entendu arriver dans mon dos l’autre pourri avec son Rr 51... "


L'histoire: Paris, 1966. Inspecteur à la Crim', Philippe Marlin erre dans un semblant de quotidien aux Batignolles, entre son chat, le jazz, le whisky et les fantômes qui hantent ses nuits charbonneuses. Nuits qui virent au blanc lorsque le cadavre mutilé d'une femme est découvert sur la Petite Ceinture. Son enquête va l'aspirer dans un monde où la respectabilité n'est qu'apparence, et où le Service d'Action Civique (la police parallèle du général de Gaulle) tire les ficelles. Dans ce théâtre d'ombres peuplé de marionnettes, ses convictions républicaines seront ébranlées et l’héritage de la résistance mis à mal.  

 

Xavier BoisselL'auteur: Xavier Boissel qui est né à Lille  en 1967 est un écrivain français agrégé de lettres modernes. En 2013, il publie un premier roman, "Autopsie des ombres", un récit issu d’une longue nouvelle, "Debout parmi les ruines", initialement parue dans la revue Inculte et illustrée ensuite par le dessinateur Boris Hurtel aux éditions En 2014 il publie son deuxième roman "Rivières de la nuit"et obtient pour obtient le Prix automne de la SGDL pour "Autopsie des ombres". Correspondant permanent de la plate-forme éditoriale en ligne D-Fiction, il  y dirige la collection de sciences humaines "Paralipomènes", où il a notamment publié deux ouvrages du philosophe Jean-Joseph Goux. En octobre 2017 il publie "Avant l'aube", roman noir pollitico-policier dont vous pouvez lire ci-dessus la critique et le résumé