montage gym memoire

 extrait de "mémoire de jours " 

tome 1 (1947-1961)

 

Je découvre à mes dépens que la gym est d’origine militaire. C’est un sport réglementé qui ne laisse place à aucune initiative. Le moindre pied non tendu lors d’un exercice fait décaniller la note aussi fortement qu’un gadin. La rigueur et la discipline des entraînements dirigés par Chouillou élève du prodigieux Flèche qui marque encore la mémoire sportive des Floiracais, nous casse le moral à défaut de le renforcer. Nous nous accrochons malgré la froideur de la salle qui nous tétanise les muscles. A force de travail nous arrivons à un minimum d’imperfection pour enfin participer à un concours. Notre premier. Un événement qui implique les mères dans la confection des tenues et la fixation des écussons sur les maillots de corps immaculés de blancheur. Il faut être impeccable pour défiler dans les rues de la ville au son des fanfares locales. Comme à l’armée tous les participants marchent au pas et en musique. C’est une tradition tellement ancrée dans les habitudes que la foule est présente tout au long du parcours pour applaudir à leur passage toutes les équipes qui vont s’affronter sur l’aire sportive du  couvent des Sœurs de Gambetta ou s’entraînent les filles. Leur club n’a jamais cessé d’exister, c’est pourquoi elles sont plus compétitives que nous. C’est l'épouse de Chouillou qui les entraîne. Ça explique le pourquoi de l’investissement de son mari avec les garçons. Des garçons qui pour leur première se plantent grossièrement dans le mouvement d’ensemble. C’est une catastrophe Il faut bien débuter un jour. Nous ferons mieux la prochaine fois.