Je reviens sur deux livres que vous avez peut-être ratés et que je vous conseille pour cet été. Vous n’aurez plus l’excuse du temps. D’ailleurs, c’était une fausse excuse. Le temps n’a plus aucune importance quand on s’attaque à un de ces deux romans. Il s’arrête. Un arrêt sur lecture qui nous fige d’intérêt jusqu’à la dernière page. C’est le point commun de ces deux bouquins. Il y en a d’autres, et notamment celui de nous identifier aux personnages. Dans « à l’aube du grand passage » c’est un homme ordinaire, qui est entrainé par accident dans l’engrenage d’une journée fatidique, voire même d’une portion de journée. Le            

guycolette2

déroulement de l’action, limité à quelques heures seulement, colle à la réalité du temps présent. Une lecture quasiment en temps réel. Une réalité dont l’auteur se défend. C’est une fiction et non une biographie. S’il utilise la première personne du singulier ce n’est pas pour se raconter, mais pour exprimer les doutes et les contradictions de Sébastien. On rentre dans sa tête. On pénètre son univers. On plonge avec lui dans les affres d’un dérapage incontrôlé. L’aube du grand passage se lit d’un seul trait. Un trait de plume qui peut surprendre au départ, mais qui bien vite rentre dans la normalité de l’histoire. A propos d’histoires, celles de Sandrine Colette sont d’une inventivité qui surprend le vieil amateur de polars que je suis. Des histoires d’hommes et de femmes admirablement racontées par une auteure dont l’écriture s’embellit livre après livre. Un style incisif. Un décor angoissant. Une angoisse vécue de l’intérieur par les deux narrateurs de SIX FOURMIS BLANCHES. Une double narration. Un Ping Pong de chapitres courts. Un match pour la survie qui nous happe et nous entraine dans la spirale d’un suspense oppressant. Comme dans ses précédents romans « les nœuds d’acier » et « un vent de cendres » le lecteur est piégé par des rebondissements aussi imprévus qu’originaux qui le retiennent de fermer le livre avant le point final. 

 

 

 

                                  img249

 

L’HISTOIRE : Dressé sur un sommet aride et glacé, un homme à la haute stature s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle en le contemplant. À des kilomètres de là, partie pour trois jours de trek intense, Lou contemple les silhouettes qui marchent devant elle, ployées par l’effort. Leur cordée a l’air si fragile dans ce paysage vertigineux. On dirait six fourmis blanches… 

Lou l’ignore encore, mais dès demain ils ne seront plus que cinq, égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de leur compagnon.

L’AUTEUR : Sandrine Collette est un auteur Français née à Paris en 1970. Docteur en science politique elle partage sa vie entre l’université de Nanterre et son élevage de chevaux dans le Morvan. "Des nœuds d’acier" (Denoël, 2013) est son premier roman. Il obtient le Grand Prix de littérature policière 2013.
Sandrine Colette surfe sur sa réussite et publie sur sa lancée "Un vent de cendres" en 2015 "Six fourmis blanches" en 2015 et "Il reste la poussière" en 2016. 

  

Collette-Sandrine-1

 

Pour en savoir plus sur « six fourmis blanches » et 

Sandrine Collette

 

http://www.denoel.fr/Contributeurs/Sandrine-Collette

https://www.amazon.fr/Six-fourmis-blanches-Sandrine-Collette/dp/2253092878

 

 

 

 

                          51IP32QYY1L

 

L’HISTOIRE : 11 novembre 1977 : Dans un village frontalier du grand sud-ouest, un homme se prépare pour un passage. Le jour ne s’est pas encore levé. Lui par contre il est debout depuis pas mal de temps, réveillé par un mauvais rêve qui l’angoisse et le perturbe. L’homme est tendu, irrité, agressif. Sa femme qui le rejoint dans la cuisine en subit les conséquences. Elle meurt dans ses bras. C’est un accident. Un malheureux concours de circonstances qui plonge le narrateur dans une spirale infernale que son ami d’enfance, partenaire de passages, déclenche par sa venue.

 

L’AUTEUR : Guy Busquets est né en 1947 dans la banlieue rive droite bordelaise. Retraité mais pas inactif, il se consacre entre autre choses à l’écriture et publie notamment Guernica et La fille du grand, qui comme dans à l’aube du grand passage plonge le lecteur dans les affres d’une journée pas tout à fait ordinaire d’une époque proche lointaine à la fois.

 

Pour en savoir plus sur « à l'aube du grand passage » et Guy Busquets

 

https://www.amazon.fr/%C3%A0-laube-du-grand-passage/dp/1512036315

 

http://www.amazon.fr/%C3%A0-laube-du-grand-pas…/…/B010M6CLL2

http://legantetlaplume.canalblog.com/pages/busquets-guy--boxeur-/32392017.html