J’ai découvert Yrvin Yalom un peu par hasard, quand on lit la quatrième de couverture d’un ouvrage dans une librairie et que l’on se dit « Tiens,pourquoi pas ? ».

J’aime ce genre de rencontre fortuite, c’est comme si le livre m’avait choisi au lieu du contraire…

L’érudition d’Yrvin Yalom et sa stratégie pour nous faire pénétrer la personnalité de B. Spinoza sont remarquables : il met en scène deux personnages, que trois siècles séparent, Un juif qui remet en cause tous les textes sacrés et le contexte religieux de son époque. il sera excommunié et banni de sa famille, et un officier nazi, Alfred Rosenberg, proche d’Hitler chargé de la confiscation des biens juifs. Mais Rosenberg est obnubilé par le personnage Spinoza et n’aura de cesse que de comprendre qui était ce juif

Le titre du livre, « Le problème Spinoza »  est-il le refus d’admettre pour les nazis cette fascination, et plus généralement l’intérêt porté par les allemands à ce philosophe ?

Ce n’est pas un vain mot de dire que j’ai été passionnée par la lecture du « problème Spinoza ».

Emue par ce personnage si seul et si authentique, qui ne se laisse jamais corrompre, et qui écrira des ouvrages qui ont marqués l’histoire de la philosophie, étonnée par la rigueur du rituel juif dans la société néerlandaise de cette époque, intéressée par la mise en place presque insidieuse de la barbarie nazi et l’avènement d’Hitler, et enfin remotivée pour reprendre la lecture de « l’Ethique » qui m’a semblé bien absconse la première fois que j’ai voulu lire ce livre.

En ce qui concerne la part de fiction et de vérité dans l’ouvrage, l’auteur s’en explique honnêtement dans les dernières pages.

Il a exploité les informations historiques concernant Rosenberg, il y en a de nombreuses. Concernant Spinoza,  il y a beaucoup moins d’éléments, mais beaucoup de détails sont extraits des ouvrages qu’il a écrits et très habilement exploités. Même si les personnages secondaires sont fictifs, il paraît vraisemblable que la vie du philosophe qui a influencé des générations de penseurs soit proche de la réalité.

« le roman, c’est comme de l’histoire qui aurait pu être,

l’histoire, c’est comme un roman qui a eu lieu … » (André Gide – extrait de la mise au point d’Yrvin Yalom)

Ce livre a reçu le prix des lecteurs du livre de poche en 2015.

 

 

                   516gabbtqGL

             
                      Lire le premier chapitre de "Le Problème Spinoza"

 

L'HISTOIRE : Le 10 mai 1940, les troupes nazies d’Hitler envahissent les Pays-Bas. Dès février 1941, à la tête du corps expéditionnaire chargé du pillage, le Reichsleiter Rosenberg se rue à Amsterdam et confisque la bibliothèque de Spinoza conservée dans la maison de Rijnsburg. 
575796

L'AUTEUR: né à Washington, Columbia en 1931 de parents russes, Irvi Yalom est docteur en médecine depuis 1956 et professeur émérite de psychiatrie à Stanford depuis 1994. Il a mené de front une double carrière de psychiatre et d'animateur de thérapies de groupe. Yalom est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages, dont trois romans : Et Nietzsche à pleurer(1993), Mensonges sur le divan (1997), Apprendre à mourir. La méthode schopenhauer (2005), Le Jardin d’Épicure. Regarder le soleil en face (2009), Dans le secret des miroirs (2011) et Le Problème Spinoza (2012). Son roman Et Nietzsche a pleuré est adapté au cinéma en 2007.

Il a également publié des textes portant sur la psychothérapie, notamment Le Bourreau de l'amour, qui fut sur la liste des best-sellers du New York Times en 1989.

Le 20 mai 2015 est sorti le film Irvin Yalom, La Thérapie du bonheur, réalisée par la suisse Sabine Gisiger et où il joue son propre rôle.

 

 

  

 

pour en savoir plus cliquer sur les liens ci dessous :

Irvin D. Yalom — Wikipédia