J’ai été surpris par l’avalanche de commentaires, heureusement positifs, qu’a suscité mon hommage à Umberto Eco à travers son livre « le Cimetière de Prague » que m’avait offert ma fille, il y a quelques temps déjà. Un livre rencardé aux oubliettes. Un oubli dans sa biographie officielle. On parle très peu et de ce livre que bon nombre de lecteurs qui me suivent sur la toile ont découvert à cette occasion. Une découverte partagée. Des échanges intéressants sur des lectures communes et plus particulièrement avec une de mes lectrices qui ne manque pas de faire la comparaison avec les livres historico-romancés de ILDEFONSO FALCONES. C’est qui c’est oiseau me direz- vous? Un grand écrivain catalan que ma fille (encore elle) m’a fait découvrir avec deux livres que je classe au top dix de mes lectures du siècle (le vingt et unième bien entendu). Deux livres riches d’érudition et de documentation. Deux livres qui nous plongent dans les complots et les intrigues d’une Espagne inquisitionnée. Deux livres et que j’ai du mal à dissocier tant le plaisir que j’ai eu à les lire a été intense et total. Il me faut néanmoins trancher  entre « la cathédrale de la mer » et « les révoltés de Cordoue » pour rédiger ma chronique. Prime à l’ancienneté. La cathédrale de la mer s’impose de chronologie. Ne soyez pas déçus. Je reviendrai dans les prochaines semaines sur  « les révoltés de Cordoue ». 

 

                         img315

 

L’histoire : Arnau, jeune paysan, endure les pires tourments et humiliations pour devenir un homme libre. Son destin hors du commun en fera le héros de tout un peuple. Au XIVe siècle, au rythme de la construction de l’église Santa María del Mar chef-d’œuvre du gothique catalan édifié « pour le peuple et par le peuple » en un temps record (cinquante-sept ans), le lecteur suit pas à pas le parcours semé d’embûches d Arnau Estanyol pour conquérir sa liberté. Fils d’un paysan exilé à Barcelone, devenu membre des bastaixos une confrérie de porteurs de pierres chargée de convoyer leurs chargements jusqu’à la future cathédrale , puis vaillant soldat du roi, il fait fortune avec l’aide du juif Hasdai, dont il a sauvé les enfants. Le voilà riche, cambiste, consul... et époux, bien malgré lui, de la pupille du roi. Malgré son statut et ses nombreuses responsabilités dans la cité catalane, il saura résister aux machinations et  à l’Inquisition, et n’aura de cesse de défendre les pauvres et les esclaves. Ce roman foisonnant de personnages et de rencontres, de trahisons et d’histoires d’amour, est une  fresque épique ancrée dans le quotidien de son époque. Acteur et témoin des grands maux de cette période trouble, son héros est tour à tour confronté aux conflits militaires, aux révoltes populaires, à la Grande Peste et aux hérésies. Par-delà l’intrigue menée de main de maître par Ildefonso Falcones, La Cathédrale de la mer est un chant d’ amour et de fraternité à une ville et à ses habitants.

L’auteur : Barcelonais de naissance, Ildefonso Falcones vit toujours dans la capitale catalane, où il exerce la profession d'avocat. Grand lecteur et fin connaisseur de l'Espagne médiévale, il a consacré dix années à l'écriture de La Cathédrale de la mer, son premier roman, qui lui a valu une renommée internationale.

 

Pour en savoir plus sur le livre et l’auteur :

http://www.amazon.fr/La-cath%C3%A9drale-mer-Falcones-Ildefonso/dp/2221107810

https://www.facebook.com/Livres-et-dessins-179827712349239/

 

http://www.babelio.com/auteur/Ildefonso-Falcones/227856

http://www.laffont.fr/site/la_cathedrale_de_la_mer_&100&9782221131299.html

http://www.biblioblog.fr/post/2009/08/04/La-cathedrale-de-la-mer-Ildefonso-Falcones