21 septembre 2015

le congrès

  J’ai adoré « le congrès », un livre dissimulé dans les profondeurs de l’oubli et remis en avant dans la bibliothèque municipale de mon patelin. Je l’ai trouvé bien évidence dans un rayon qui n’est pas classé X. Il était ni caché ni interdit, même si la 1ere et la 4 eme de couverture peuvent prêter à confusion. Il n’y-a aucun voyeurisme dans l’histoire d’amour vécue par le narrateur. En utilisant la première personne du singulier pour raconter les événements, l’auteur nous plonge, avec les mots et les expressions de... [Lire la suite]

13 septembre 2015

On trouve dans les rayonnages des bibliothèques, les étals des bouquinistes et les plateformes du net, des livres qui ne sont plus dans l’actualité des médias et qui méritent d’être lus. Des coups de cœurs personnels que cette chronique ouverte à tous a vocation de partager.   LE DIABLE SUR LES EPAULES  Le diable sur l’épaule n’est pas un roman ésotérique ou fantastique mais tout simplement un polar rural qui ancre son histoire dans le sud-ouest de l’après-guerre. La première.  Celle qui a décimé les hommes et les... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 septembre 2015

le livre du weekend

 LA DEMEURE ETERNELLE    Dans une note de l’éditeur en avant-propos du livre de William Gay «LA DEMEURE ETERNELLE» l’auteur s’exprime  sur l’absence de tirets et de guillemets dans  les dialogues. « J’ai lu ce livre [La Nuit du chasseur, de Davis Grubb] quand j’étais adolescent. C’était la première fois que je voyais un livre sans guillemets. Cela me plait ; j’ai l’impression que lorsqu’on sépare les dialogues de la narration, qu’on les enferme dans des guillemets, ils sont moins intégrés... [Lire la suite]
Posté par guy busquets à 05:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 septembre 2015

MON COUP DE CŒUR DU WEEK-END   Henning Mankell est un écrivain de ma génération qui écrit depuis belle lurette mais que j’ai découvert il y a cinq-ans à peine. Si je n’ai rien lu de lui auparavant, ce n’est pas par snobisme littéraire, mais par ignorance. Je le reconnais. Une reconnaissance qui ne m’a pas attendue, vu les nombreux prix qu’il a trustés dans son pays du bout du monde, ou du moins du bout de l’Europe. C’est pas loin la Suède, et pourtant, il a fallu le tsunami des milleniums, qui soit dit en passant m’ont régalés,... [Lire la suite]