12 juillet 2015

jean claude bossuet

12 juillet 2015

QUI ÊTES-VOUS JEAN CLAUDE BOSSUET ?

JCB

QUI ÊTES-VOUS JEAN CLAUDE BOSSUET ?

Interview-Prep

Je suis un auteur engagé depuis ma toute jeunesse. Ayant reçu une éducation religieuse de rigueur au sein d’un pensionnat jésuite, après avoir fait des études bibliques, aujourd’hui je suis un laïque convaincu. Enfant j’étais timoré ayant pris conscience de cette timidité je me suis inscrit dans un club de boxe dès mes14 ans, et j’ai obtenu quelques titres de champion de boxe amateur.

Entré dans la vie active encore enfant en qualité d’apprenti carreleur mosaïste d’art en 1963 alors que, j’avais peine 13 ans et ne pesais que 54 kg, les charges que je devais porter étaient quasiment l’équivalent de mon poids, je parle des sacs de ciment qui pesaient à cette époque-là 50 kg. Syndicaliste dès l’âge de 22 ans, j’ai reçu la médaille du travail à l’âge de 40 ans. Licencié pour raison économique en 1987, je me suis reconverti comme viticulteur propriétaire exploitant portant la marque « château Bardon » situé en appellation côtes du Bourg et première côtes de BLAYE produisant 100 000 bouteilles par année.

J’ai représenté les intérêts des salariés pendant 13 années devant la cour d’appel de  Bordeaux en qualité de représentant syndical encore salarié. Devenu employeur à l’âge de 49 ans, le virus du syndicalisme n’étent pas éteint je me suis engagé à nouveau dans la défense des professions des indépendants : agriculteurs, commerçants, chefs d’entreprise, médecins, vétérinaires, PME, PMI et je deviens par décision du bureau exécutif  secrétaire général de ce mouvement.

Et maintenant pourquoi vous écrivez ?

Aujourd’hui, retraité j’ai décidé de prendre la plume pour défendre, impulser imaginer une nouvelle société dont je rêvais quand j’étais enfant, méditation qui finalement ne m’a jamais quitté et accompagné tout le long de mon parcours. Construire une société différente de celle d’aujourd’hui  don je fus moi-même victime de ces dysfonctionnements lorsque j’étais enfant, je garde encore les stigmates dans ma chair, mais aussi en qualité d’adulte.

Je ne peux effacer de ma mémoire certaines situations que j’ai du défendre comme nombre de mes amis qui ne reviendront plus, poussés à bout par les institutions navrantes du pouvoir, et victimes, ils ont décidé d’arrêter net leur supplice.

Mes écritures ont pour objet : de rétablir la vérité, de dire où se trouve la liberté, de réveiller les consciences et de mettre l’homme au-dessus de tout, et de porter témoignage des méfaits de l’organisation  de la société basée sur l’ordre du capitalisme mondial, afin que les générations futures choisissent un autre chemin que leurs aînés c’est-à-dire le capitalisme bourreau des âmes, pour que l’histoire ne ce reproduise pas.

Qui a fait tant de mal..! Je suis convaincu de ma thèse je dois par mes écritures convaincre le plus grand nombre d’entre nous et les générations futures car l’avenir dépend d’elles, je considère que ma génération a perdu trop de temps par sa lâcheté, sa faiblesse ou la soumission de son éducation judéo-chrétienne. Vos enfants, vos petits-enfants ne méritent pas de payer pour notre inertie de ne pas s’être suffisamment battus contre ce système absurde qui nous plonge tous les jours dans plus de difficultés et dont nos responsables politiques ont purement et simplement vendus leur nation aux forces de l’argent international.

 Comment faites-vous pour aborder ces thèmes que vous développez dans vos ouvrages ?

Je m’isole et m’enferme dans mon laboratoire de sciences humaines pour porter un jugement et contester les règles du présent et de son système. J’estime qu’il faut être libre et faire abstraction de toute doctrine au regard de son expérience vécue de ses victoires et de ses défaites.

Cela m’amène à la conclusion de l’idée du socialisme comme seule résolution, de sortir des massacres du crépuscule avant que ne tombe la nuit noire qui amène l’ordre d’aujourd’hui de l’individualisme, mais aussi des dirigeants politiques et en particulier les faux socialistes et les idéaux de droite, tous ressuscitant l’affreuse et diabolique idée du nationalisme flambeau, du Front National. Je m’adresse en particulier à ces ouvrières et ouvriers, mais aussi aux agriculteurs commerçants professions indépendantes aux entrepreneurs PMI PME qui croient que l’extrême droite apportera par l’autorité des changements positifs. En réalité il n’en est rien, la meilleure preuve en est le désir de conserver des institutions en état, et surtout que le peuple n’accède pas au pouvoir, leur intention sont simplement de prendre le pouvoir pour que la multitude des ouvrières, ouvriers, employés, et cadres, et entrepreneurs leur obéisse.

Que pensez-vous de vos œuvres ?

Mes ouvrages sont des pamphlets qui offrent une rupture complète du système d’aujourd’hui. En somme un monde plus juste plus démocratique qui bouleverse l’ordre établi je ne me bivouaque pas à la critique, mes livres, ne font qu’inscrire ma pensée d’édifier un projet novateur. Il ne vous a pas échappé que je propose la création d’un État confédéral européen et une constitution pour garantir que le pouvoir soit réellement remis au peuple des nations européennes et la suppression par cette constitution de tout risque d’État hégémonique a l’intérieur de l’union européenne.

En quelque sorte une sixième république au rang du continent européen abolissant tout antagonisme et assurant l’exhaustive liberté individuelle au respect d’autrui. Faisant qu’en sorte que le droit collectif n’a de délégation que s’il est respecté et assure l’identité, la dignité de la personne humaine la prospérité des peuples du continent européen.

Cette situation d’appauvrissement ne concerne pas que le peuple français. Mais tous les peuples du monde, c’est pourquoi je pense qu’il est possible, indispensable de rassembler les peuples de l’Europe dans une seule et unique nation européenne cependant pas n’importe comment, pas pour faire n’importe quoi, seulement pour servir au bonheur des peuples.

Si l’union fait la force et dans la globalisation du capitalisme il faut imposer à son encontre une globalisation sociale du socialisme s’accaparer notamment de l’émission de la monnaie, éradiquant le capitalisme et ne peut se réaliser que par cette route là.

Comment comptez-vous atteindre votre projet ?      

Oui, dans mes écrits, j’appelle les jeunes générations, et les moins jeunes à se mobiliser tant qu’il reste un bout de vie pour une autre société où la pauvreté, le sentiment du rejet de l’autre n’existerait plus. Ne pas être dupe quand l’idée de droite parle de libéralisme, en réalité cela et une menterie du sens des mots. L’unique voie de la vraie liberté du vrai libéralisme permettant à chacun d’entreprendre librement, se réaliser en qualité d’être humain n’est pas dans l’imposture des mots.

Le boulevard de l’authenticité s’élève à l’évidence  l’intellectuel et le matériel quand ces éléments se rejoignent ils deviennent vérité, les peuples peuvent se rassembler, s’unir, franchir les frontières, les abolirent même, ils peuvent dans ces conditions fonder cet ordre nouveau d’amour et de partage et abolir la haine. L’idée juste ne s’éteint jamais elle rassemble et finit par s’imposer pas ce qu’elle est simple raison.

Posté par vocandide33 à  -  - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :  
Posté par guy busquets à - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur jean claude bossuet

    Le regard porté dans cette approche vaut d'être proposé et largement défendu...

    Christian Letard

    Posté par Letard christian, 21 novembre 2016 à 13:38 | | Répondre
  • L'histoire de vie est une porte ouverte sur nous et sur le monde.
    Elle en a ouvert un sillon en sciences humaines et a irrigué tout ce domaine presque toujours sans le savoir.
    Félicitations et continuons à pousser la porte.

    Posté par Letard christian, 21 novembre 2016 à 14:12 | | Répondre
Nouveau commentaire