l'aube du grand pa Cover for Kindle

On retrouve dans « à l’aube du grand passage » le dernier Roman de Guy Busquets les constances qui font sa signature. On se régale du  langage coloré que l’auteur, au travers du narrateur, utilise de naturel. C’est le parler des années soixante-dix dans le sud-ouest de la France où se déroule l’intrigue. Comme dans la plupart de ses romans, le personnage central qu’il soit féminin (la fille du grand) ou masculin (Guernica) est entrainé par accident dans l’engrenage d’une journée fatidique, voire même d’une portion de journée. Dans l’aube du grand passage le déroulement de l’action, limité à quelques heures seulement, colle à la réalité du temps présent. Une lecture quasiment en temps réel. Une réalité dont l’auteur se défend. C’est une fiction et non une biographie. S’il utilise la première personne du singulier ce n’est pas pour se raconter mais pour exprimer les doutes et les contradictions de Sébastien. On rentre dans sa tête. On pénètre son univers. On plonge avec lui dans les affres d’un dérapage incontrôlé. L’aube du grand passage se lit d’un seul trait. Un trait de plume qui peut surprendre au départ, mais qui bien vite rentre dans la normalité de l’histoire.

A lire dans la continuité et sans modération.

NATCHO DU SOLER